Conteneurs

Les conteneurs traitent des problèmes et des défis auxquels nous sommes confrontés – chacun partant d’une perspective différente mais menant à des conclusions convergentes. L’objectif étant de faciliter les actions communes qui permettent de faire évoluer les sociétés et de proposer les changements nécessaires au niveau politique. S’appuyant sur les expériences et les luttes concrètes, les conteneurs sont conçus comme des espaces qui facilitent la transversalité et l’action commune, afin d’éviter un éparpillement  des mobilisations en cours qui peut conduire à leurs isolements et leurs marginalisations. 

Sur la base de questions, les conteneurs sont une invitation à réfléchir et à discuter des moyens urgents pour répondre aux défis actuels et trouver les solutions pour un avenir  meilleur pour toutes et tous. Les questions permettent également de penser à des alternatives systémiques capables de remettre en cause toutes les formes d’exploitation, d’oppressions et de discriminations présentes dans nos sociétés. Chaque participant est invité à contribuer à les enrichir, pour les discussions à Marseille fin avril 2024, mais aussi dans le processus préparatoire à ces rencontres. 

Les descriptions – mises sur le mode de la réflexion – servent de ressource structurée présentant une gamme de questions pertinentes et un terrain organisé, basé sur la connaissance, les convictions et les expériences dans des domaines particuliers liés à la volonté d’unir les énergies et de créer des synergies dans nos luttes.

L’ECSA reconnaît le danger imminent de voir le Parlement européen, les États membres de l’UE et les institutions européennes intégrer des approches d’extrême droite dans leur processus décisionnel, ajoutant ainsi des menaces aux nombreux pays et politiciens qui promeuvent des développements autoritaires et illibéraux. Le défi est d’autant plus grand qu’il affecterait plus que jamais la politique de paix et les vies et luttes de chacun d’entre nous. 

Les conteneurs 1 à 3 décrivent un engagement commun et ciblé en faveur du changement. Le conteneur 4 ouvre des voies pour faire vivre ces idées dans des actions communes et des revendications politiques en vue des prochaines élections européennes et au-delà. 

Pour chaque module, nous poserons les questions suivantes : quelles sont les principales actions et mobilisations à proposer, soutenir et développer ?

Conteneur 1 : Pas de Planète B

Les États capitalistes avancés et les entreprises continuent d’exploiter la main-d’œuvre et la nature de manière si extrême que notre planète et nos sociétés sont au bord de l’effondrement. La concurrence pour les ressources naturelles est un facteur de guerre. Sous prétexte de sécurité, les élites dirigeantes répondent par la militarisation (par exemple, la militarisation des zones frontalières) et ravivent les nationalismes, les antagonismes régionaux et l’extractivisme colonial pour garantir leurs profits et leurs privilèges. Elles n’apportent pas de solutions politiques, réalistes et justes à la crise climatique. En effet, l’industrie de la guerre et la guerre elle-même sont responsables d’une part importante de la pollution et de la destruction irréversible de l’homme et de la nature. Cette situation contraint des millions de personnes à quitter leur foyer dans l’espoir de survivre. C’est un cercle que nous devons briser.

L’équilibre écologique de la planète terre découle de tous les aspects de notre vie sociale, économique et politique et les influence. Malgré cela, la majorité des gens sont, d’une manière ou d’une autre, exclus des processus de prise de décision qui façonnent leur vie. Les mouvements sociaux créent les conditions pour réagir aux urgences locales : les gens résistent. Dans le même temps, il est important de participer à la compréhension des enjeux globaux et de rester connecté avec les luttes et les acteurs des différents continents afin de parvenir à la paix et de préserver notre avenir sur la planète.  

Le Parlement européen est l’un des lieux où se négocient les reconfigurations internationales, en particulier la militarisation, la « gestion » des migrations et l’accès aux énergies fossiles. La société civile européenne peut jouer un rôle clé en étant l’espace de réflexion et de construction des alternatives nécessaires.

Conteneur 2 : Pour l'émancipation et la solidarité

Le capitalisme aliène toutes les formes de vie au nom du profit. Des menaces imminentes – les guerres et les destructions environnementales font déjà rage – pèsent sur le monde à très court terme, et tant que ce système perdure, il met plus largement en danger l’humanité et la civilisation, car il se nourrit de dominations, de compétitions et d’individualisme. Les responsables de ces crises et de ces catastrophes ne doivent pas bénéficier de l’impunité. 

A l’inverse, des personnes se mobilisent chaque jour dans le monde et en Europe, par leur travail et leur art, avec leurs proches, mais aussi dans des mouvements sociaux, pour nourrir l’humanité à laquelle elles croient : solidaire, attentive, pacifique, égalitaire, juste, internationaliste, féministe, en harmonie avec toutes les formes de vie. De plus en plus, les débats sur le bien-être, le “commoning”, le commerce équitable et la décroissance gagnent en popularité, même au-delà des cercles militants. Nous devons renforcer notre capacité à travailler ensemble à partir de ces niches créatives et inspirantes, pour convaincre une masse critique et provoquer les changements auxquels nous aspirons. 

Les luttes collectives existent : il est temps de les rendre majoritaires, en impliquant toutes les personnes isolées et démobilisées qui ont encore intérêt à ce qu’elles aboutissent. Les prochaines élections européennes sont l’occasion de donner plus d’importance à ces luttes et de tracer ainsi la voie vers une Europe durable et pacifique.

Conteneur 3 : Le pouvoir au peuple

Chaque jour, il devient de plus en plus évident que les gouvernements illibéraux se succèdent pour mettre en œuvre le programme économique du capitalisme sur la base de la croissance économique : tant qu’ils resteront au pouvoir, toutes les luttes progressistes du peuple se heurteront à des politiques répressives de plus en plus violentes. Alors qu’il est difficile de lutter, le capitalisme ne cesse d’isoler, de désespérer et de pousser les gens à se refermer sur leurs propres intérêts et cercles étroits. Cela favorise la discrimination raciste, les discours de haine et les faux antagonismes, ouvrant la voie à l’extrême droite et aux politiques réactionnaires, qui promettent des solutions faciles. Les néolibéraux s’alignent sur ces forces, car ces politiques servent leurs intérêts. Ils partagent tous deux la même méthode : diviser pour mieux régner ! 

Par des luttes collectives, des assemblées, des espaces sécurisés pour les opprimés et des victoires populaires, il est possible de briser ce cercle vicieux, de remettre en cause « l’appel » individualiste des profits et de replacer la solidarité et l’émancipation au cœur des préoccupations des peuples. Il n’y a qu’une solution : le pouvoir au peuple.

Dans un tel contexte, il s’agit de trouver les moyens de mettre en échec les discours d’extrême droite et de donner du pouvoir aux citoyens pour qu’ils puissent enfin répondre collectivement à leurs véritables besoins et aspirations. Les institutions nationales et internationales – comme l’Union européenne – doivent être remodelées de manière transparente par les citoyens afin de répondre à l’impératif démocratique de notre époque.

Conteneur 4 : Lutter et gagner ensemble

Pour réussir, il faut trouver comment lutter et gagner tous ensemble. L’intérêt commun de changer la société dans le sens de l’émancipation de tous n’est pas acquis, d’autant qu’il est possible d’être soi-même exploité tout en profitant de l’aliénation des autres – par exemple les hommes au détriment des femmes. Il faut se serrer les coudes face à la répression réactionnaire et éviter la fragmentation qui ne fait qu’aider le capital et ses alliés. 

Pour atteindre cet objectif, nous devons nous inspirer des récentes mobilisations et actions menées en Europe, dans les régions voisines et dans le monde entier. En outre, pour favoriser les dialogues transfrontaliers et promouvoir une participation égale et significative, nous devons lutter contre toutes les formes d’oppression dans une perspective internationaliste.

Nous proposons des actions et des stratégies unifiées, qui sont essentielles pour exploiter la diversité de nos luttes et élaborer une perspective commune et cohérente. Nous avons besoin d’alliances et d’actions communes pour modifier l’équilibre des pouvoirs. Les prochaines élections européennes détermineront l’avenir de l’Europe et ses relations avec le monde, d’où l’opportunité de rendre nos propositions visibles.